Lisa Renard

Doctorante

"La circulation des trésors ancestraux māori (taonga tuku iho) en Nouvelle-Zélande et dans les musées d'ethnographie européens : une étude comparative"

Directeur de thèse : Denis Monnerie

Financements de terrain : DynamE, Institut d'ethnologie.

Courriel : lisa.decottignies-renard@etu.unistra.fr

Principaux domaines de recherche

Anthropologie sociale et culturelle, muséologie, ethnohistoire, ethnobotanique, comparatisme, anthropologie des techniques, culture matérielle, artefacts, arts textiles, collections, théories des échanges, circulations, valorisation, patrimonialisation et thésaurisation, transmissions des savoirs, procédés mnémoniques, cycles de vie, naissance et mort, prise en soin, toucher.

Aires culturelles :

  • Océanie : Nouvelle-Zélande Aotearoa (Te Ika a Maui, île du Nord, région de Wellington, Rotorua, Auckland, Gisborne et territoire Tuhoe) depuis 2013
  • Europe : Musées d’ethnologie français (musée du Quai Branly à Paris, musée des confluences à Lyon), allemands (Linden Museum à Stuttgart, Ratauschenstrausch museum à Cologne) et néerlandais (Tropen Museum à Amsterdam et Volkenkunde Museum à Leyde) depuis 2012
  • France, Institut de formation des Puéricultrices et des Auxiliaires de Puériculture (IFP, Strasbourg) depuis 2017

Axes de recherche

Sujet de thèse

Manteaux māori (kākahu) : cycle de vie et circulations d’un trésor ancestral māori (taonga) en Nouvelle-Zélande (Aotearoa).

Dans la société māori de Nouvelle-Zélande Aotearoa, certains objets sont considérés comme exceptionnels. Ils sont perçus par le groupe comme matérialisation du prestige, du statut, du souffle de vie (hau) et des pouvoirs ancestraux (mana, matauranga, wairua, tapu, mauri) de la personne qui les a conçus ; mais aussi de la famille, du clan, ou de la tribu pour laquelle ils ont été créés. Tel est le cas des manteaux de prestige (kākahu), réalisés selon une technique ancestrale de tissage au doigt.

Hautement valorisés, ces manteaux sont engagés dans des circuits d'échange et de circulation spécifiques de la société māori. Ils contribuent ainsi à assurer la cohésion et la reproduction du groupe et de l'ordre sociocosmique, et ce en particulier pendant les moments cérémoniels. Il leur est par exemple attribué la potentialité de se charger de souffle de vie (hau) et de pouvoirs ancestraux, afin d’en assurer la circulation efficace de génération en génération (tuku iho). Ce faisant, ils deviennent des trésors ancestraux (taonga tuku iho). Au fil de leur cycle de vie, ces manteaux devenus trésors ancestraux (kākahu-taonga) sont considérés comme des membres à part entière du clan (hapu) voire de la tribu (iwi). En tant que tels, le collectif veille sur eux, en prend soin, les sollicite lors de moments clés de la vie du groupe. Puis, à l’instar des êtres humains, ils sont amenés à mourir à l’issue de leur cycle de vie. Les plus exceptionnels d’entre eux iront jusqu’à intégrer la catégorie des ancêtres (tipuna).

Dans les musées d’ethnologie européens, ces mêmes manteaux ne meurent plus. De trésors ancestraux, ils deviennent objets de collection. Ils sont reçus, inventoriés, documentés, déplacés, généralement mis en réserve, rarement exposés, très exceptionnellement restaurés ; on les voit peu, ils circulent parfois, et on les conçoit surtout comme inanimés.

Faisant écho aux travaux d’Arjun Appadurai, Alfred Gell ou encore Annette Weiner ; mon travail ethnographique consiste à renseigner et à questionner les relations que les êtres humains entretiennent avec et à travers des objets hautement valorisés dans différents espaces sociaux. En retraçant les différents cycles de vie des manteaux de prestige māori, dans une démarche comparative, je cherche à éclairer la place que les humains donnent aux objets dans les relations qu’ils tissent entre eux et avec les non humains, et plus spécifiquement avec les ancêtres proches ou éloignés.

Axes de recherche - présentation générale

En partant d’une même catégorie d’objets, les trésors ancestraux māori (taonga tuku iho), je cherche à constituer une ethnographie des liens qu’entretiennent les êtres humains avec et à travers les choses dans la lignée d’Arjun Appadurai, Alfred Gell et Annette Weiner. Ceci m’amène à étudier et à analyser les relations entre les humains et les non humains dans la société māori et les institutions muséales européennes. Je m’intéresse en particulier aux rapports entre humains et ancêtres proches ou éloignés.

Au contact d’experts rituels et artistiques (tohunga) māori, d’artisans, d’artistes et de conservateurs de musée, j’observe et je décris le cycle de vie d’objets hautement valorisés auxquels il est reconnu une agentivité (Gell). J'attache une importance particulière à l'apprentissage des techniques auprès de mes différents interlocuteurs afin de pouvoir reconstituer la totalité du cycle de vie d’un objet. Ces techniques incluent l’horticulture, la cueillette, la chasse, la pêche, le tissage, le tressage, la peinture et la sculpture. Je travaille également sur la conservation, la circulation et l’exposition d’objets dans différents contextes muséaux auprès de conservateurs et de restaurateurs en Europe et en Nouvelle-Zélande. Ceci me permet notamment d’interroger les différents processus de valorisation, et de médiation à l’œuvre, tout en m’offrant l’opportunité de réfléchir aux dimensions mnémoniques des objets.

Enseignements

Enseignements 2019-2020

Licence 3e année

  • Ethnologie de l'Océanie (12h CM)
  • Ethnologie de l’Océanie (12h TD)

Licence 3e année EàD

  • Textes fondamentaux de l'ethnologie
  • Introduction à l'enquête de terrain


Enseignements 2013-2018

Master 2e année :

  • TD Textes théoriques sur les échanges  ( 2014 ATER, 2015)


Master 1re année :

  • Cours déontologie et éthique de la recherche (2015, 2016, 2017)
  • Cours comparatisme  (2017)
  • Cours cultures et société de l’Océanie (2016, 2018)
  • Cours objets et aire culturelle māori de Nouvelle-Zélande Aotearoa  (2014)
  • Anthropologie et Design (CM + TD) (2017)


Licence 3e année :

  • Méthodes de terrain (2015, 2016, 2017)
  • Culture matérielle : l’objet entre agent et patient (2015)
  • TD Enquête ethnographique. Artisanat et techniques en Alsace : semestre 1 et 2 (2014)
  • Enquête inter-année Transmission des savoirs en Alsace partenariat avec le musée alsacien de la ville de Strasbourg (2014)
  • Cours périmètres professionnels de l’anthropologie (2014)


Licence 2e année :

  • Introduction à l’ethnologie de l’Océanie (CM + TD) (2014, 2015)


Licence 1re année :

  • Corps, santé et maladie (2014, 2015, 2016)
  • Migration et interculturalité (2014, 2015, 2016, 2018)
  • TD d’ethnologie (2013, 2014)

Travaux universitaires

2012, The Mana Māori itinerary exhibition, Mémoire de Master 2 en anthropologie sociale et culturelle - spécialité muséologie, Université de Strasbourg, Institut d’ethnologie (Direction Denis Monnerie et Roger Somé), version anglaise, non publié. (93 pages)


2012, L’exposition itinérante Mana Māori, Mémoire de Master 2 en anthropologie sociale et culturelle - spécialité muséologie, Université de Strasbourg, Institut d’ethnologie (Direction Denis Monnerie et Roger Somé), version française, non publié. (86 pages).


2011, La construction du prestige chez les Māoris de Nouvelle-Zélande avant 1840, Mémoire de Master 2 en anthropologie sociale et culturelle - spécialité recherche, Université de Strasbourg, Institut d’ethnologie (Direction Denis Monnerie), non publié. (312 pages).

Publications

Chapitres d’ouvrage

2016, RENARD Lisa, « Les manteaux de prestige māori, du trésor ancestral à l'objet de collection muséal », Penser les catégories de pensée., France, Paris, collection « Ouverture philosophique », éditions L’Harmattan.

2016, RENARD Lisa, « Le réseau des musées d'ethnologie européens », Marchés, réseaux commerciaux et construction de l'Europe, France, Paris, collection « Questionner l'Europe », éditions L’Harmattan.

2012, DECOTTIGNIES-RENARD Lisa, « Diversité des ornements d’oreille marquisiens », catalogue de l’exposition C.O.R.P.S., France, Paris, Éditions du Fort, pp. 52-57.

2012, DECOTTIGNIES-RENARD Lisa, « Le tatouage tribal, entre mythes et réalités : l’exemple du tatouage polynésien », Catalogue de l’exposition C.O.R.P.S., France, Paris, Éditions du Fort, pp. 64-71.

Communications

2017, CAFFAREL-LECLERC Stéphanie & RENARD Lisa, Shells of stone and ivory: changing materials and enduring potency in Aotearoa and Fiji , ESFO. Juillet, 2017, Munich.

2017, RENARD Lisa, Tissage traditionnel māori, Séminaire d'ethno-archéologie, Université de Strasbourg. Février 2017, Strasbourg.

2016, RENARD Lisa, Les manteaux « meurent aussi » : le cycle de vie des manteaux de prestige māori en Nouvelle-Zélande, Rencontres annuelles d'ethnographie, EHESS. 3 Novembre 2016, Paris. penserlescategoriesdepensee.wordpress.com/archives-du-colloque/lisa-decottignies-renard/

2016, RENARD Lisa, Les musées d'ethnologie en Europe et la figure de l'altérité : cet autre éloigné qu'est le Māori, Colloque « La construction de l'Europe dans son rapport aux autres ». Université de Strasbourg. 17 Juin 2016, Strasbourg.

2016, RENARD Lisa, Émotions et pleurs dans la société māori de Nouvelle-Zélande, Journée d'étude « émotions en situation ». Université de Strasbourg. 22 Janvier 2016, Strasbourg.

2015, RENARD Lisa, Les manteaux de prestige māori du trésor ancestral à l'objet de collection muséal, Colloque penser les catégories de pensée. De l’objet à l’objectivation dans l’étude des arts, des médias et des cultures. Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. 12 Juin 2015, Paris.

2015, RENARD Lisa, Le réseau des musées d'ethnologie européens, Université de Strasbourg – laboratoire DynamE. 5 Juin 2015, Strasbourg.

2014, DECOTTIGNIES-RENARD Lisa, Présentation et critique de l'ouvrage MAZÉ Camille, POULARD Frédéric et Christelle VENTURA, 2013, Les musées d’ethnologie: culture, politique et changement institutionnel, Atelier de lectures du Centre Alexandre-Koyré. 15 Décembre 2014, Paris.

2013, DECOTTIGNIES-RENARD Lisa, La construction du prestige chez les Māori de Nouvelle-Zélande et l'étude de la figure du chef suprême (ariki) avant 1840, Cycle de conférences proposé par la Société des Océanistes, Musée du Quai Branly. 12 Septembre 2013, Paris.