Institut d'ethnologie
Université de Strasbourg
Accueil
Vous êtes ici :  Ethnologie   >   Présentation   >   Eric Navet   >   Chants Touaregs

Chants Touaregs

Les Touaregs (qui sont aussi des Berbères) forment un peuple d'environ 1 million d'individus dont une minorité vit au Sahara central et la plus grande partie dans le Sahel, au Mali et au Niger. Leur langue est le Tamacheq (Tamajaq ou Tamajeq au Niger), un dialecte berbère, qui s'écrit traditionnellement en caractères tifinagh (ou tifinar). On peut indiféremment écrire "des Touaregs" ou "des Touareg", et dire "un Targui" ou "un Touareg". Eux-mêmes se disent des Kel Tamacheq, c’est-à-dire "Ceux qui parlent le Tamacheq".

Les Touaregs vivant dans les régions du Sahel, sédentarisés pour la plupart de longue date, pratiquent l’agriculture. Ils cultivent essentiellement le mil et le sorgho (gros mil). Leur artisanat, très riche et diversifié, a connu un essor particulier ces dernières années grâce notamment au développement du tourisme.

Le commerce caravanier, transitant à travers le désert du Sahara, a pratiquement disparu et l’activité économique principale demeure l’élevage. La gestion des rares pâturages nécessite des déplacements fréquents expliquant le nomadisme pastoral fréquemment pratiqué par les Touaregs

Les Touaregs forment des confédérations de petites ethnies. Les quatre confédérations du Sahara sont :

  • au nord celle des Ajjers, éleveurs de chèvres et de chameaux dans les vallées tassiliennes et en Libye ;
  • au centre, dans les vallées bien protégées de l’Atakor, celle des Kel Ahaggars : n'ayant plus les ressources de la razzia ni celles provenant des transports de sel et de mil, les Ahaggars tirent leurs revenus de leurs troupeaux et de l'exploitation des oasis qu'ils confient en métayage à des Noirs affranchis, les Harratines ;
  • au sud-ouest celle des Iforas, principalement éleveurs de moutons et commerçants;
  • au sud-est, dans l'Aïr, celle des Kel Ouis, éleveurs et commerçants de sel.

Les Touaregs, nomades et guerriers, forment une société hiérarchisée, dont on retrouve les différentes classes sous des noms divers au Sahara comme dans le Sahel.

  • Au sommet de cette société se trouvent les Imouchar-Imajeren, des nobles autrefois chargés des guerres et du pillage, vivant des redevances de leurs protégés et de l'élevage des chameaux.
  • Viennent immédiatement après les Ineslimen-Cheriffen, "Touaregs marabouts", lettrés en langue arabe et instruits en religion islamique, ils jouent souvent le rôle d'enseignants et de juges (quelquefois, cette classe n'existe pas, comme chez les Touareg Ahaggars).
  • La dernière classe est celle des Imraden, hommes libres mais vassaux et tributaires des nobles, à qui ils versaient jusqu’à il y a peu des redevances. Ils sont des kel oulli, "gens des chèvres", ainsi que les désigne la langue berbère : ils élèvent des moutons, des chèvres et quelques chameaux.

Actuellement, cette organisation sociale en castes tend à disparaître mais pas l'identité touarègue (temoust). Leur civilisation et leurs coutumes distinguent nettement les Touaregs d'autres peuples islamisés. Tandis que les femmes sortent à visage découvert, les hommes portent un long turban, le litham, qui, les protégeant des sables du désert, peut être aussi symbole de pudeur ou de dissimulation. Très attachés aux traditions berbères, ils recouvrent leur corps d'amulettes. Les Touareg sont dans l'ensemble peu arabisés. Ils sont monogames et la filiation s'établit par les femmes; l'enfant appartient à la tribu et à la classe sociale de sa mère. Une grande liberté semble exister entre les sexes et les réunions poétiques et musicales sont l'occasion de rapports très libres entre hommes et femmes.

Documents sonores

Les deux chants interprétés ici par une jeune femme touareg de Tahoua, au Niger, sont des chants d'amour où Allah est invoqué car il n'y a pas d'amour sans Dieu et il n'y a pas de Dieu sans amour.

Search & Find
Du 13 novembre 2017 au 26 novembre 2017
Paris

Qu’est ce que le Festival International Jean Rouch ? Depuis 1982, à Paris, au musée de l’Homme,...[En savoir plus]

Du 6 octobre 2017 au 15 décembre 2017
Strasbourg

« Sociétés et êtres d'exception » : Approche interdisciplinaire et de sciences participatives...[En savoir plus]

Du 23 novembre 2017 au 25 novembre 2017
Amphithéâtre Alain Beretz, Nouveau Patio, Strasbourg

Conference Programme Anthropologists must always deal with the tension between a science-oriented...[En savoir plus]

Le 22 novembre 2017
De 09h00 à 13h00
Strasbourg, salle des conférences de la MISHA

Nous vous invitons à assister à une journée pilote ce mercredi 22 novembre de 9h à 13h, à la salle...[En savoir plus]

Le 24 novembre 2017
De 14h00 à 17h00
Strasbourg, Salle Ourisson, Institut Lebel, Campus Esplanade

Séminaire ethnologie et archéologies (2017-2018) « Sociétés et êtres d'exception. Approche...[En savoir plus]

Le 12 décembre 2017
De 18h00 à 20h00
Strasbourg, Salle 5320 - Faculté des Sciences Sociales - Bâtiment Le Patio, Esplanade

Conférence de l'Institut d'ethnologie Communication de Gabriel Facal L’idéologie en questionLes...[En savoir plus]

nov. 2 2017

La bourse "Louise Beyrand - Olivier Toussaint" est une bourse de recherche doctorale visant à encourager et à...

nov. 2 2017

Sous la peau de l'ours. L’humanité et les ursidés  : approche interdisciplinaire Karen Hoffmann-Schickel,...

sept. 16 2017

Anthropologie et philosophie du sensible par Roger Somé                                                  ...

mai 21 2017

Rencontre autour de l’ouvrage D’un monde à l’autre d’Agnès Clerc-Renaud et du n°9 de la revue...

févr. 9 2017

MONNERIE Denis 2016 Oceania and the regional relations paradigm:contrasting regional networks and beyond....

janv. 17 2017

Parution du numéro thématique coordonné par Agnès Clerc-Renaud et Cécile Leguy des Cahiers de littérature...

janv. 16 2017

parution du livre d'Agnès Clerc-Renaud : D'un monde à l'autre : fragments d'une cosmologie brésilienne....

déc. 9 2016

« Comprendre l’homme préhistorique, penser l’homme » par Christophe Lemardelé, mardi 6 déc. 201