Institut d'ethnologie - Université de Strasbourg http://ethnologie.unistra.fr fr Institut d'ethnologie - Université de Strasbourg Mon, 17 Dec 2018 21:43:56 +0100 Mon, 17 Dec 2018 21:43:56 +0100 TYPO3 EXT:news news-301 Sun, 16 Dec 2018 14:44:36 +0100 Galerie d'images du séminaire ethnologie et archéologies 2018 http://ethnologie.unistra.fr/formations/seminaires-de-recherche/seminaire-ethnologie-et-archeologies/galerie-dimages-du-seminaire-2018-2019/ Cette galerie photographique est due au talent d’Elena Landmann, étudiante en 1re année de master d’ethnologie en 2018, qui a volontiers accepté de se charger du reportage couvrant toutes les séances sur toute la durée du séminaire, du 5 octobre au 14 décembre. Nous la remercions très sincèrement de cette participation et des photographies magnifiques qui en résultent. Actualités news-300 Sun, 16 Dec 2018 10:17:39 +0100 Dernière séance du séminaire ethnologie et archéologies 2018 : synthèse des étudiants du 14 décembre 2018 http://ethnologie.unistra.fr/actualites/actualite/news/derniere-seance-du-seminaire-ethnologie-et-archeologies-2018-synthese-des-etudiants-du-14-decembre/ La neuvième et dernière séance du séminaire 2018 a eu lieu vendredi 14 décembre, en salle des conférences de la MISHA, décorée avec originalité, à l’initiative de l’Association d’ethnologie, par l’intégralité des affiches du séminaire depuis sa création en 2014 comme une exposition d’autant d’œuvres et un magnifique rappel des conférences passées.
Cette séance a été inaugurée par un mot de Jean-Daniel Boyer, doyen de la Faculté des Sciences sociales, mot suivi par la lecture de « Mai », poème d’Apollinaire, à la demande de J.-D. Boyer, avant la conférence passionnante et très appréciée de la cinquantaine des auditeurs présents de Cécile Sarabian, primatologue, sur le dégoût chez les singes à partir de l’exemple des macaques de Koshima au Japon, en présence exceptionnelle de Himani Nautiyal venue elle aussi du Japon, suivie par la conférence de synthèse présentée par le groupe d’étudiants volontaires.

Mai
Le mai le joli mai en barque sur le Rhin
Des dames regardaient du haut de la montagne
Vous êtes si jolies mais la barque s’éloigne
Qui donc a fait pleurer les saules riverains ?

Or des vergers fleuris se figeaient en arrière
Les pétales tombés des cerisiers de mai
Sont les ongles de celle que j’ai tant aimée
Les pétales flétris sont comme ses paupières

Sur le chemin du bord du fleuve lentement
Un ours un singe un chien menés par des tziganes
Suivaient une roulotte traînée par un âne
Tandis que s’éloignait dans les vignes rhénanes
Sur un fifre lointain un air de régiment

Le mai le joli mai a paré les ruines
De lierre de vigne vierge et de rosiers
Le vent du Rhin secoue sur le bord les osiers
Et les roseaux jaseurs et les fleurs nues des vignes

Guillaume Apollinaire, Rhénanes, Alcools, 1913

La synthèse étudiante portait sur l’ensemble des huit séances précédentes du séminaire, depuis le 5 octobre dernier, que les membres du groupe de synthèse ont tous suivies assidûment, nommément, Tanguy Jouet (L1), Judicaël Jugé (L1), Maëlle Viple-Zeller (L3), Maxime Brissac (L3), Pauline Pépin (M1), Laetitia Lévy (M1), Swann Gastinger-Finazzo (M2, coordinateur).

Elle a débuté avec la synthèse de Maëlle Viple-Zeller (L3) et Maxime Brissac (L3), d’un quart d’heure exactement, servie par un duo efficace qui, l’un relayant l’autre avec harmonie, abordait la question de l’homme face à l’omniprésence des êtres non-humains et à la solitude, pour la première, et l’inspiration actuelle puisée dans les croyances anciennes, notamment en Asie du Sud-Est et dans le monde musulman, pour la création de personnages non humains tels que génies et djinns dans les films et jeux vidéo, le tout dans une forme bienvenue et avec un fond remarquable.

Cette synthèse a été suivie par celle de Tanguy Jouet (L1) et Pauline Pépin (M1) qui ont, eux, choisi d’orienter très brillamment leur propos sur le langage pour le premier, à propos d’interdit, de relation au divin et de paroles réifiées remarquables, sur la parole comme objet, et notamment objet protecteur nanti d’une puissance apotropaïque, pour la seconde, s’appuyant comme le premier duo sur de nombreuses conférences, et offrant au public une double séquence de haute tenue.

Puis vint la synthèse de Laetitia Lévy (M1) et de Judicaël Jugé (L1) qui, étayant leur propos eux aussi d'exemples tirés des conférences antérieures, réévaluaient la frontière entre humains et non-humains notamment à propos de croyances pour la première, et la place respective de la culture dans la nature dans l’anthropologie aujourd’hui pour le second, l’ensemble, tout comme les binômes précédents, étant marqué par la qualité à la fois dans la forme et dans le fond,

La dernière partie, également excellente, fut celle de Swann Gastinger-Finazzo (M2, coordinateur du groupe) qui remettait en perspective le thème du séminaire de cette année, les êtres d’exception non-humains, à partir d’une expérience de terrain vécue chez les Munduruku du Brésil en évoquant poteries, rêves, notions de territoire et d’identité.

Les synthèses proposées ont chacune été brillamment exposées, avec clarté, dans un continuum harmonieux et remarquable entre elles, données chaque fois avec une aisance digne des professionnels de l’anthropologie habitués des colloques internationaux, et en respectant le découpage temporel imposé, soit quinze minutes par intervention, même lorsque les intervenants étaient deux à se partager un exposé.

Il faut saluer le travail magnifique d’encadrement du groupe de synthèse de Swann Gastinger-Finazzo (M2) qui a su motiver, encadrer, tout en permettant à ses condisciples de s’exprimer pleinement, réussissant ainsi un leadership parfait pour ce travail collectif.

Remercions aussi les trois assistants volontaires du séminaire, Romain Denimal (M2), Marc-Emmanuel Grandgeorge (M2), Bryan Nemec (M1) pour leur travail de soutien logistique essentiel et la part prise dans le bon accueil fait aux intervenants du séminaire.

On notera, cette année pour la première fois, la présence active d’étudiants de première année de licence de sciences sociales dans le groupe de synthèse et qui n’ont pas démérité vis-à-vis du groupe et se sont révélés de futurs excellents orateurs scientifiques.

Tous les conférenciers qui ont eu la gentillesse de participer au séminaire depuis octobre ont été cités par les uns ou par les autres et il faut noter que la totalité des conférences a suscité l’intérêt des étudiants qui l’ont bien montré avec sincérité. Certaines conférences ont même engendré de l’enthousiasme. Mais, globalement, comme l’ont résumé eux-mêmes les intervenants étudiants ainsi que leurs supporters dans la salle, qui en apprenaient beaucoup, même de façon indirecte, sur la manière de prendre la parole publique dans un cadre scientifique, but principal de cette opération à vocation pédagogique, toutes les conférences ont plu aux étudiants et auditeurs divers, assez réguliers d’ailleurs, dont quelques doctorants et chercheurs en archéologie et quelques amateurs cultivés très fidèles au séminaire.

Après qu’Eponine Belcour (M2) ait présenté le très beau fruit collectif de son initiative au service de l’Association [des étudiants] d'ethnologie, un calendrier des étudiants d’ethnologie en vente auprès de l’Association (trésorier : Thibaud Thionnet, M1, asso.ethno@gmail.com), au prix modique de cinq euros, le séminaire 2018 s'est clos sur une double conclusion de Geremia Cometti et Pierre Le Roux, pendant que Elena Landmann projetait une sélection d’une cinquantaine de ses magnifiques photographies de chacune des séances du séminaire de cette année, depuis le 5 octobre dernier.

Regardez la galerie d'images du séminaire ici

Le séminaire s’est achevé, comme le veut sa tradition, par un très sympathique pot à l’initiative de l’Association d’ethnologie dans un lieu idéal, en dehors de l’université, avec une animation musicale créative du groupe The Invisible Hand appelé à rayonner sur le marché global.

Nous remercions tous ceux qui ont contribué à ce que le séminaire puisse avoir lieu encore cette année, la cinquième, étudiants du groupe de synthèse, Association d’ethnologie en charge d’une part de la logistique, conférenciers, auditeurs et passants éclairés, organisateurs, mécènes institutionnels et en premier lieu le laboratoire SAGE, le laboratoire DynamE, l’IRD, le CNRS, la Faculté des Sciences sociales, l’Institut d’ethnologie, la Maison interuniversitaire des sciences de l’Homme en Alsace et la DALI.

Rappelons que, grâce à l’Association d’ethnologie et au travail de bénédictin, bénévole, de Lug Duzuseau (M2) notamment, à l’exception de deux fonction de contraintes institutionnelles, les conférences ont été enregistrées, avec l’accord écrit des intervenants et l’aide technique du personnel de la MISHA et de la DALI, et seront mises en ligne sur le site YouTube de l’association d’ethnologie relayé par le site de l’Institut d’ethnologie, palliant ainsi une part des manques du système universitaire et académique en termes d’appui logistique et pratique.

Merci à tous, félicitations aux étudiants du groupe de synthèse qui ont fait démonstration de leur aptitude à mettre en œuvre les méthodes et préceptes appris durant l’année universitaire, de la licence 1re année au master 2e année.

Passez de bonnes fêtes de Noël et de nouvel an et à bientôt pour la suite de cette série interdisciplinaire et de sciences participatives donc, dans sa saison six en préparation.

Pierre Le Roux et Geremia Cometti

]]>
Actualités
news-283 Mon, 12 Nov 2018 18:57:23 +0100 Cérémonie de remise de la bourse Louise Beyrand et Olivier Toussaint à Mélanie Lercier, lauréate 2018, le 7 novembre, Centre des monuments nationaux, Salle de l'Orangerie, Paris http://ethnologie.unistra.fr/actualites/actualite/news/ceremonie-de-remise-de-la-bourse-louise-beyrand-et-olivier-toussaint-a-melanie-lercier-laureate-20/ Lauréate 2018 de la bourse Louise Beyrand et Olivier Toussaint, Mélanie Lercier, 22 ans, qui rentre juste d’une mission de trois mois au Pérou à ses frais, est inscrite en première année de thèse de doctorat d’études latino-américaines, avec une forte dimension ethnologique, à l’université de Rennes 2, sous la direction du professeur Jimena Obregon Iturra. Cette thèse porte sur le devenir des rituels à l’épreuve des migrations dans une communauté quechua des Andes péruviennes, en partant de l’étude de la communauté de Puyca dans le sud du Pérou.
La cérémonie commence par une brève présentation de la bourse par Julie Chaizemartin, présidente du Fonds culturel arts et ouvrages, d’une présentation de la lauréate par le président du comité de sélection, d’une émouvante allocution de Pascale Beyrand suivie de celle, non moins émouvante, de Jean-Pierre Toussaint qui informe le public de l’attribution par les conseils départementaux de Lorraine le 11 octobre 2018 à Bar-Le-Duc d’un prix littéraire spécial à Olivier Toussaint, son fils disparu, après la parution au printemps 2018 de son ouvrage posthume, Les Lorrains et la fin de la maison ducale. Entre fidélité et nostalgie (1735-1749) (Haroué, Editions Gérard Louis, 232 p., 2018 ; ISBN : 9782357631304 ; prix public TTC : 20,00 €). Jean-Pierre Toussaint annonce que ce prix d’un montant de 1000 euros est reversé en totalité à la bourse doctorale en ethnologie Louise Beyrand-Olivier Toussaint, ainsi que l'intégralité des droits.


En présence d’Arthur Cognet, doctorant en ethnologie à l’université de Lyon 2 et premier lauréat de la bourse en 2017, le chèque est remis à Mélanie Lercier à l’issue de la cérémonie par les donateurs principaux et présidents d’honneur, les familles Beyrand et Toussaint, en présence d’une assistance nombreuse, parmi laquelle madame Marie-Claude Mahias, ethnologue, directrice de recherche émérite au CNRS, chargée de cours à l’EHESS et membre du comité de sélection ; de monsieur Michel Antelme, professeur de khmer à l’Institut national des langues et civilisations orientales de Paris, membre du comité d’honneur ; de monsieur Christophe Pottier, architecte DPLG et archéologue, directeur des études de l’Ecole française d’Extrême-Orient et représentant l’Ecole ; de monsieur Geoffroy de Saulieu, archéologue, chargé de recherche à l’Institut de recherche pour le développement, secrétaire général de l’Association des amis d’Alain Testart ; de monsieur Abdu Gnaba, docteur en anthropologie sociale et directeur de l’agence Sociolab basée au Luxembourg ; de monsieur Geremia Cometti, maître de conférences à l’Institut d’ethnologie de l’université de Strasbourg, membre du comité de sélection ; de monsieur Bryan Nemec, étudiant en master d’ethnologie à l’université de Strasbourg et président de l’Association d’ethnologie de Strasbourg chargé de l’enregistrement des différentes interventions en vue de mise en ligne sur le site de l’association et sur le site de l’Institut d'ethnologie, de mademoiselle Elena Landmann, étudiante en master d’ethnologie à l’université de Strasbourg, chargée du reportage photographique.

Merci à toutes les personnes présentes lors de la cérémonie, à Philippe Belaval, directeur du Centre des monuments nationaux et membre du comité d’honneur pour la mise à disposition de la salle, à l’Association des étudiants en ethnologie de l’université de Strasbourg, au Fonds culturel arts et ouvrages (FCAO, www.fcao.fr) pour l’organisation de la soirée, à Marine Henry, diplômée d’un master en anthropologie et muséologie de l’université de Strasbourg, qui s’est chargée de la réalisation des affiches.

]]>
Actualités
news-282 Mon, 12 Nov 2018 18:39:35 +0100 Appel à candidature pour la « Bourse doctorale en ethnologie Louise Beyrand-Olivier Toussaint » 2019 http://ethnologie.unistra.fr/actualites/actualite/news/appel-a-candidature-pour-la-bourse-doctorale-en-ethnologie-louise-beyrand-olivier-toussaint-2019/ La bourse Louise Beyrand-Olivier Toussaint est une bourse de recherche doctorale visant à encourager et à faciliter la mobilité des jeunes chercheurs dans le domaine de la recherche en ethnologie et en anthropologie sociale, notamment pour favoriser la mise en valeur et la préservation du patrimoine immatériel de l’humanité.
Cette bourse de recherche, une des rares dans les spécialités de l’ethnologie et de l’anthropologie, sera attribuée annuellement dès juin 2017, à un étudiant titulaire d’un master 2 (ou équivalent), de nationalité française ou de nationalité étrangère relevant de l’aire francophone.

L’étudiant devra être inscrit en France en thèse de doctorat dans les domaines de l'ethnologie, patrimoine immatériel, ethnolinguistique, ethnomusicologie (etc.) et souhaitera lancer/poursuivre des recherches sur un terrain éloigné dès la première et/ou deuxième année. Parmi les critères de sélection, la maîtrise de la langue du peuple étudié ou l’attestation de l’apprentissage de cette langue, sera pris en compte tout particulièrement.

Les ressources financières étant le principal obstacle à la poursuite d’une recherche dans les domaines précités, le montant de la bourse a été fixé à 10 000 euros pour permettre à l’étudiant d’approfondir ses recherches sur le terrain sur une longue période.

Les candidats trouveront à leur intention sur le site https://www.arts-ouvrages.fr/actions/bourse-doctorale/, au format PDF, la « Présentation de la bourse Louise Beyrand-Olivier Toussaint » et le « Règlement de la bourse Louise Beyrand-Olivier Toussaint ».

La bourse est lancée en 2019 pour la troisième année. La date de clôture des candidatures, ouvertes à compter du 7 novembre 2018 minuit, est fixée au 31 mars 2019 minuit pour une attribution au plus tard le 30 juin 2019.

]]>
Actualités
news-225 Fri, 12 Oct 2018 12:00:00 +0200 Prix littéraire 2018 « prix spécial » des conseils départementaux de Lorraine : Olivier TOUSSAINT http://ethnologie.unistra.fr/actualites/actualite/news/prix-litteraire-2018-prix-special-des-conseils-departementaux-de-lorraine-olivier-toussaint/ Ce prix a été attribué à l'ouvrage d'Olivier Toussaint : Les Lorrains et la fin de la maison ducale. Entre fidélité et nostalgie (1735-1749) Le prix littéraire 2018 « prix spécial » des conseils départementaux de Lorraine a été attribué à l’ouvrage d’Olivier Toussaint, Les Lorrains et la fin de la maison ducale. Entre fidélité et nostalgie (1735-1749) (Haroué, Editions Gérard Louis, 232 p., 2018 ; ISBN : 9782357631304 ; prix public TTC : 20,00 €)

> Consulter la fiche du livre sur le site de l'éditeur

La cérémonie de remise du prix a eu lieu jeudi 11 octobre 2018 à Bar-Le-Duc et le prix d’un montant de 1000 euros a été remis aux parents d’Olivier Toussaint, Jean-Pierre et Carmen Toussaint, qui ont décidé d’en reverser la totalité à la bourse doctorale en ethnologie Louise Beyrand-Olivier Toussaint
 
Un grand merci et toutes nos félicitations à la famille Toussaint.

]]>
Actualités
news-224 Mon, 08 Oct 2018 12:00:00 +0200 Parution de "Médiations politiques en Mélanésie contemporaine" http://ethnologie.unistra.fr/actualites/actualite/news/parution-de-mediations-politiques-en-melanesie-contemporaine/ Cet ouvrage étudie les enjeux et les échelles du politique dans trois pays de la Mélanésie contemporaine : Fidji, le Vanuatu et la Nouvelle-Calédonie. Les formes de médiation entre les logiques politiques locales et les institutions supra-locales qui cherchent à les englober constituent la trame générale de l’ouvrage. De l’analyse des reconfigurations de la notion de coutume à celle des rôles complexes qu’occupent les chefs locaux appelés à devenir des dirigeants nationaux, en passant par l’examen des catégories administratives imposées aux communautés locales, cet ouvrage propose une approche renouvelée du fait politique en Mélanésie. Après avoir défini la notion de médiation politique, l’ouvrage s’intéresse à des individus qui, en vertu de leurs engagements, de leurs statuts ou encore de leurs trajectoires sont amenés à faire se rencontrer divers niveaux de la réalité politique par leur capacité à les transcender. Dans un deuxième temps, il interroge l’intelligibilité de certains concepts et catégories qui sont détournés ou réappropriés selon qu’ils circulent au niveau local ou étatique. Enfin, sont analysés les régimes d’historicité et les traces mémorielles qui établissent le rapport des communautés à l’État, entre intégration et rejet.

Les neuf contributions traitent ainsi des multiples logiques, modalités et conséquences des médiations politiques en Mélanésie aujourd’hui. Elles montrent comment ces processus répondent à des dynamiques de construction nationale tout en ancrant leur légitimité dans les conditions locales de l’exercice du pouvoir.

Médiations politiques en Mélanésie contemporaine

sous la direction de Émilie Nolet, Peter Lindenmann & Laurent Dousset
Marseille : pacific-credo Publications
Collection : La Fabrique des Mondes Pacifiques ~ Making Pacific Worlds
ISBN : 978-2-9537485-8-1
Dimensions : A5 (148 x 210 mm)
355 pages

> Téléchargez l'ouvrage gratuitement depuis le site de l'éditeur


Table des Matières

  • Introduction. Médiations politiques en Mélanésie contemporaine
    Émilie Nolet, Laurent Dousset et Peter Lindenmann
  • Un simple changement d’intermédiaire ? La mise en place des officiers publics coutumiers et les autorités coutumières en Nouvelle-Calédonie
    Peter Lindenmann
  • « Veiwekani, c’est bien plus que la politique » : Être ou ne pas être chef dans l’île de Lakeba à Fidji
    Simonne Pauwels
  • Risque et culture : l’État fidjien et les communautés locales face aux inondations
    Émilie Nolet
  • Subjuguer ou décrire ? Repenser la puissance coloniale et comprendre les résistances et les résiliences kanak en Nouvelle-Calédonie
    Denis Monnerie, professeur à l'université de Strasbourg
  • Rupture et continuité dans le sud de Malekula, Vanuatu
    Laurent Dousset
  • Autorité coutumière et « authenticité culturelle » au Nord Ambrym
    Romain Chambrin
  • Le projet d’un patrimoine national en Mélanésie 1968-2013 : quel rôle pour les objets dans la mise en valeur entre tradition et création ?
    Christian Kaufmann
  • L’industrie touristique à Fidji entre management autochtone et marketing global
    Lorenzo Brutti
  • Autorité nationale et positionnement international : la France, la décolonisation, et l’autodétermination en Nouvelle-Calédonie
    Stéphanie Graff, docteur en ethnologie de l'université de Strasbourg
  • Les Auteurs
  • Table des illustrations
]]>
Actualités
news-223 Thu, 04 Oct 2018 12:00:00 +0200 Travaux de recherche des étudiants de l’Institut d'ethnologie http://ethnologie.unistra.fr/actualites/actualite/news/travaux-de-recherche-des-etudiants-de-linstitut-dethnologie/ Actes de la journée inter-années (2017), sous la direction de Matthieu Louis Actualités news-226 Tue, 25 Sep 2018 12:00:00 +0200 Séminaire « ethnologie et archéologies » 2018-2019 http://ethnologie.unistra.fr/actualites/actualite/news/seminaire-ethnologie-et-archeologies-2018-2019/ Thème 2018-2019 : « ÊTRES D'EXCEPTION NON HUMAINS. Approche interdisciplinaire et de sciences participatives » Actualités news-243 Wed, 29 Aug 2018 12:00:00 +0200 Séminaire « Croyances et ritualité » http://ethnologie.unistra.fr/actualites/actualite/news/seminaire-croyances-et-ritualite/ Séminaire de philosophie de la religion – responsables : Ph. Capelle et J. Rogozinski "Ethique et politique" (séminaire de master 1 – PL16GM13) Les philosophes qui ont pris la religion pour objet ne se sont pas intéressés aux rituels qui caractérisent les différents systèmes religieux. Il ne suffit pourtant pas de se référer aux croyances pour identifier une religion : encore faut-il les articuler aux pratiques qu’elles prétendent inspirer. Il existe des religions sans dogmes et sans clergé, mais on ne rencontre aucune religion entièrement dépourvue de rites. Ceux-ci s'inscrivent de différentes manières dans le corps des croyants et rythment leur existence en la rattachant à des événements fondateurs que ces rites commémorent. On peut se demander si les croyances religieuses précèdent les rites qui les concrétisent ou si ce sont les pratiques rituelles qui génèrent les croyances censées les légitimer. La ritualité concerne en effet les différents modes d’interaction entre les dimensions théorique et pratique de la vie religieuse. Après avoir procédé aux clarifications conceptuelles nécessaires en distinguant ritualité et magie, croyance, foi et savoir, nous examinerons les différents modèles de relations qui se nouent entre la croyance et la ritualité au sein des "religions premières" d'Océanie, d'Asie et d'Afrique et dans des systèmes religieux plus récents comme le judaïsme, le bouddhisme et le christianisme. Les travaux seront conduits en collaboration avec des chercheurs en anthropologie, en théologie et en philosophie de la religion.

Programme:

  • 12 septembre : introduction (Philippe Capelle / Jacob Rogozinski)
  • 19 septembre : Philippe Capelle (Faculté de Théologie catholique, Strasbourg) : Ce que le rite fait à la croyance, et retour
  • 26 septembre : Jacob Rogozinski (Faculté de Philosophie, Strasbourg) : "Voici le sang de l'Alliance" : comment le rite fait corps
  • 3 octobre : David Lemler (Département d'études juives et hébraïques, Strasbourg) : La cérémonie et le signe : réflexions sur les commandements du judaïsme
  • 10 octobre : Philippe Valin (Faculté de Théologie catholique, Strasbourg) : titre à préciser
  • 17 octobre : Pierre Gisel (Université de Lausanne) : Le religieux entre rites et croyances : données anthropologiques, cristallisations historiques en christianisme, reprise réflexive
  • 24 octobre : Matthew Smyth (Faculté de Théologie catholique, Strasbourg) : Rites, récits, corps et communauté. Les peuples ruraux de l'Europe antique face aux cycles de la vie
  • 7 novembre : Frédéric Rognon (Faculté de Théologie protestante, Strasbourg) : Le protestantisme : une confession sans rites ?
  • 14 novembre : Pierre Le Roux (Institut d'ethnologie, Faculté des Sciences sociales, Strasbourg) :  La notion de rappel des âmes en Asie du Sud-Est. L’exemple des Jawi de Thaïlande du Sud 
  • 21 novembre : Michael Staudigl (Université de Vienne) : Faire la transcendance ensemble :  notes sur la violence et le rituel dans la quête de transcendance
  • 28 novembre : Roger Somé (Institut d'ethnologie, Faculté des Sciences sociales, Strasbourg) : Le taureau du père : rites funéraires, rites matrimoniaux chez les Dagara au Burkina Faso
  • 5 décembre : Kim Kyong-Kon (Faculté des sciences historiques, Strasbourg) : L’anthropo-sotériologie et les rites bouddhiques

 

Les séances ont lieu le mercredi de 16h à 18h au Palais Universitaire, salle 47 (rez-de-chaussée) à l'exception de la séance du 17 octobre qui aura lieu au Centre E. Mounier, 42 rue de l'Université à Strasbourg

]]>
Actualités
news-222 Mon, 13 Aug 2018 12:00:00 +0200 Documentaire "Il Signore di Quyllurit'i" de Geremia Cometti http://ethnologie.unistra.fr/actualites/actualite/news/documentaire-il-signore-di-quylluriti-de-geremia-cometti/ Le pèlerinage en l’honneur du Seigneur de Quyllurit'i est l'une des plus importantes célébrations du sud des Andes péruviennes qui attire chaque année plusieurs milliers de personnes. Les pèlerins se rendent à un sanctuaire situé à 4700 mètres d’altitude, à la base des glaciers Sinakara et Colquepunku (région de Cuzco), où Jésus apparut en vision à un jeune berger en 1780. Dans ce lieu sacré depuis l'époque préhispanique, ils rendent hommage à l’image du Christ crucifié peinte sur un rocher.

Nous avons accompagné les Q’eros, un groupe andin de langue quechua faisant partie de la Nation de Paucartambo. Pour les Q’eros, le pèlerinage de Quyllurit'i prend la valeur d'un dispositif spatial qui décrit un vaste territoire rituel au sein duquel la géographie est constituée d'entités paysagères dotées d'une matérialité et d'une agentivité spécifiques. L’objectif principal du documentaire est de montrer comment les Q’eros mettent en place une ritualité itinérante qui reflète la topographie sacrée inscrite dans le paysage et qui produit certains types de relation avec les esprits des lieux.

> Visualiser le documentaire Il Signore di Quyllurit'i


RSI (Radiotelevisione della svizzera italiana) - Émission « Sottosopra » produite par Fulvio Mariani et Mario Casella
Documentaire (italien, quechua, espagnol) - 26 mn (jeudi 12 août 2018)

Réalisé par :
Geremia Cometti
Emanuele Fabiano
Cristian Terry
Ulysse Mathieu

Avec :
Santos Machacca Apasa
Angelino Apasa Quispe
Juan Machacca Quispe
Augustin Machacca Flores

Images :
Ulysse Mathieu
Enrique Reinoso Astete
John Rouse

Traductions :
Sonia Cahuana Huaranca
Yenny Victoria Arqque Arangui

Montage :
Samir Samperisi

Sonorisation :
Nicolò Mariani

Avec le soutien de :
Fonds National Suisse pour la recherche scientifique
Rosario Galiano Chacon
Eliodora Galiano Chacon
Alex Alvarez
Lorenzo Amuso
Daniela Fabello

Production :
Iceberg Film

]]>
Actualités
news-221 Thu, 21 Jun 2018 12:00:00 +0200 Émission "Asie du Sud-Est : le nouveau carrefour du monde : Des Jawi aux Kachin : les minorités culturelles face aux identités nationales" avec Pierre Le Roux, sur France Culture http://ethnologie.unistra.fr/actualites/actualite/news/emission-asie-du-sud-est-le-nouveau-carrefour-du-monde-des-jawi-aux-kachin-les-minorites-cult/ En Thaïlande et en Birmanie, l’intégration des populations malaises, hindouistes, animistes ou musulmanes ne se fait pas sans heurts et montre les difficultés auxquelles se confrontent les états-nations en contexte post-colonial. Alors quelles sont les aspirations de ces peuples minoritaires ? > Écouter l’émission sur le site de France Culture]]> Actualités