Institut d'ethnologie
Université de Strasbourg
Accueil
Vous êtes ici :  Ethnologie   >   Accueil   >   Ethnopédia   >   Ethnies   >   Kodiak

Kodiak

Population arctique d'Amérique du Nord, les Kodiak ou Kadiak (ce mot signifie en langue sugpiaq «grande île») sont aussi couramment désignés par le terme de Koniag qui signifie «ceux qui pêchent». Ils revendiquent pour eux le nom d'Alutiiq. Ce sont des Inuit, plus précisément de la branche des Yupik appelés également «Eskimos du Pacifique». Les Kodiak habitent le long des côtes méridionales de l'Alaska. Leurs ancêtres furent probablement des Mongols qui se disséminèrent progressivement en Sibérie orientale, puis passèrent par le détroit de Béring et migrèrent successivement dans ce qui est aujourd'hui l'Alaska, le Canada, le Groenland.

Comme l'indique le mot Koniag, c'est un peuple qui vit de la chasse aux mammifères et aux oiseaux marins, de la pêche et de la cueillette. Ils en tirent le nécessaire pour manger, s'habiller et se chauffer et aussi pour chasser, se déplacer, s'éclairer et se loger. C'est une société fondée sur le partage du gibier, sur l'échange (notamment interethnique) et sur la réciprocité - toutes conditions nécessaires dans un environnement glacial où les ressources sont peu abondantes.

SOCIETE DES MASQUES

Pour les Alutiiq, l'art n'est pas conçu pour lui-même - comme fin en soi - mais il est une nécessité, il est « utile » et, de ce fait, il ne saurait être indépendant ni de  la société ni de la religion mais est soumis à ces dernières. Les masques sont utilisés lors de rites par le chamane devin et guérisseur ; ou encore lors de festivals hivernaux de chasse regroupant toute la communauté kodiak et combinant danse, musique et ce que nous appellerions en Occident un mystère : il sert à faire venir les esprits lors de rituels, d'une incantation, d'une danse, etc. Les masques revêtent ainsi une valeur sacrée, ils sont portés ou exhibés dans l'accomplissement de cérémonies religieuses.

Les masques inuit ont captivé des ethnologues comme Franz Boas et inspiré des peintres occidentaux, tels ceux de l'école surréaliste. Pourtant et paradoxalement, les masques kodiak et plus généralement l'art sugpiaq sont restés longtemps méconnus dans le monde occidental.

 

Pistes bibliographiques :

Sous la direction d'Emmanuel Désveaux, 2002. Kodiak, Alaska, les masques de la collection Alphonse Pinart,, Paris, éditions Adam Biro/Musée du Quai Branly.

Fabrice Grognet, 2005. Objets de musée n'avez-vous donc qu'une vie ?, Gradhiva, 2

Evelyne Lot-Falck, 1957. Les masques eskimo et aléoutes de la collection Pinart in Journal de la Société des Américanistes n°46.

Cécile Pelaudeix, 2007. Art inuit, formes de l'âme et représentations de l'être, Grenoble, éditions De Pise.

Dorothy Jean Ray, 1967. Eskimo Masks : Art and Ceremony. Seattle and London, University of Washington Press,

J-P Rousselot, B. Abel, J.Pierre, C. Bihl, 1991. Masques eskimo d'Alaska, Suisse, édition Daniel Amez.

Search & Find
mai 21 2017

Rencontre autour de l’ouvrage D’un monde à l’autre d’Agnès Clerc-Renaud et du n°9 de la revue...

févr. 9 2017

MONNERIE Denis 2016 Oceania and the regional relations paradigm:contrasting regional networks and beyond....

janv. 17 2017

Parution du numéro thématique coordonné par Agnès Clerc-Renaud et Cécile Leguy des Cahiers de littérature...

janv. 16 2017

parution du livre d'Agnès Clerc-Renaud : D'un monde à l'autre : fragments d'une cosmologie brésilienne....

déc. 9 2016

« Comprendre l’homme préhistorique, penser l’homme » par Christophe Lemardelé, mardi 6 déc. 201  

nov. 5 2016

La bourse doctorale Louise Beyrand - Olivier Toussaint est une bourse de recherche en anthropologie. D'un...

nov. 5 2016

Denis Monnerie 2016b What do Ceremonies Do? Ceremonial exchanges as operational processes elaborating...